Sans aucune raison apparente ou dès que vous mettez le nez dehors, votre chien fait une démonstration avec ses cordes vocales en pleurant sans arrêt ? Afin de ne plus être dérangé par ce comportement, il est grand temps d’y mettre fin grâce à ces solutions.

Une éventuelle maladie ?

Il existe une foule de raisons qui expliquent pourquoi votre chien se met à couiner continuellement. Mais avant de vous attarder sur une cause éventuellement comportementale, assurez-vous d’abord que le problème n’est pas d’ordre médical. Il se peut que votre toutou soit malade ou blessé. Cette souffrance physique expliquerait les pleurs, les aboiements et autres comportements inhabituels. Soyez attentifs et menez l’enquête. Commencez par surveiller scrupuleusement les réactions de votre animal de compagnie en le palpant sur tout le corps. S’il gémit, devient agressif ou aboie quand vous touchez une certaine zone, il se pourrait qu’il y ait un problème. Prenez alors un rendez-vous chez le vétérinaire afin d’en avoir le cœur net et lui prodiguer les soins adaptés si nécessaires.

Un comportement inné chez certaines races

Les aboiements comme les pleurs sont des traits comportementaux typiques de certains chiens. Il existe des races réputées pour leurs aptitudes à la vocalise. Le Fox, le Cairn, le Yorkshire ou l’Australien par exemple sont connus pour pleurer sans raison. Il en est de même chez les Pékinois, les chihuahuas ou encore les Caniches. Comme il est ici question d’une caractéristique génétique, le travail peut être relativement complexe. Il vaut mieux emmener votre chien auprès d’un vétérinaire comportementaliste. Après les évaluations, ce praticien saura vous prodiguer les meilleurs conseils pour mettre fin à ces pleurs et hurlements.

Les pleurs pour contrer la solitude et exprimer l’anxiété

Une des causes fréquentes entraînant les pleurs chez les chiens porte sur l’anxiété de la séparation avec le maître. Au moment d’adopter un chiot qui devient adulte, une sorte d’attachement fort vous lie tous les deux. Cela renforce votre relation, mais il ne faut pas non plus que cet attachement devienne la source d’un trouble du comportement. Si votre chien ne parvient pas à se passer de votre présence, c’est qu’il y a là clairement un problème de taille à résoudre rapidement. Le pire : quand les pleurs s’accompagnent d’un comportement destructeur en votre absence. La seule solution dans ce cas est de lui apprendre à se détacher de vous.

Déjà, lorsqu’il pleure, évitez les câlins et autres formes d’embrassades pour le consoler. Il se dira « tiens, dès que je pleure, je reçois de l’attention ». Alors, il s’y mettra de plus belle. Aménagez-lui un panier confortable en guise de zone d’apaisement. Apprenez-lui à s’y rendre sur commande. Ainsi, dès qu’il se met à être pot de colle, renvoyez-le dans son panier. L’idéal est de l’installer dans un endroit avec très peu de passage.

Les rituels de départ et d’arrivée sont également à bannir. Votre chien vous observe et vous connaît. Dès que vous reproduisez les mêmes gestes quand vous sortez de la maison, il saura que vous le quittez. Évitez les rituels et changez vos habitudes pour brouiller les pistes. Ne lui dites pas « au revoir » et ne lui faites pas de câlins avant de partir. Bref, désensibiliser votre chien à tous les rituels et actions relatifs à votre absence.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *