Dans la catégorie des animaux étranges, le chat figure certainement en haut du panier. Dans un véritable paradoxe, ces comportements bizarres font son succès comme en attestent les réseaux sociaux à travers lesquels il est devenu une véritable star. Parfois, on se pose des questions sur l’origine de ces réflexes hors du commun comme le fait de gratter le sol, même du carrelage. À vrai dire, il s’agit purement d’instinct adopté très souvent quand il était encore à l’état sauvage. Explications.

Un réflexe hérité de ses aïeux

Le chat est un animal qui développe un fort atavisme, autrement dit, il a gardé les comportements ancestraux de ses aïeux et a tendance à les reproduire encore aujourd’hui. Ces gestes issus d’un réflexe d’instinct n’ont plus lieu d’être étant donné que le félin a été domestiqué et qu’il ne vit plus à l’état sauvage. Et pourtant, difficile de se défaire de ces attitudes instinctives, d’autant que l’animal n’a plus à chasser pour se nourrir, mais se fait servir par ses maîtres. Le fait de gratter le sol est en réalité une habitude des ancêtres du chat domestique qui leur permettaient de dissimuler la nourriture dans la terre afin d’en annihiler les odeurs et éviter ainsi que les prédateurs puissent les trouver facilement ou venir subtiliser leur butin. Les félins sauvages adoptent la même attitude en se mettant à enterrer leurs proies dans une zone d’eau, sous les herbes ou la terre. À la maison, le chat domestique fait la même chose. Après avoir mangé, il se mettra à gratter près frénétiquement de sa gamelle en s’imaginant que cela permettra de cacher les restes de ses repas qui seront ainsi protégés contre les autres animaux. On vous l’accorde. Ce geste est totalement inutile. Mais comme expliqué plus haut, il n’agit que par pur instinct, sans réfléchir.

Le chat domestique reproduit le même geste autour de sa litière. Pas étonnant qu’on le voit gratter tout autour après qu’il ait fait ses besoins. Ce comportement héréditaire et naturel constitue également un moyen de se protéger contre les prédateurs. Recouvrir ses excréments évite que ces derniers retrouvent sa trace. L’odeur est atténuée et sa présence sur le territoire passe inaperçue.

Un système de marquage territorial

Le fait de gratter la terre constitue en outre une technique de marquage territorial. En grattant à proximité de sa gamelle, il laisse ses phéromones, des molécules chimiques qui émanent des coussinets et des glandes situées sous la peau ayant pour but de marquer sa présence. De cette manière, si jamais un congénère décide de s’aventurer à proximité de sa gamelle, il saura que le territoire appartient déjà à un autre grâce à l’odeur dégagée par les phéromones.

De temps à autre, le chat se remet à revenir près de sa litière ou de sa gamelle puis renifle l’endroit. S’il estime que les lieux ne sont pas suffisamment imprégnés de son odeur, il se mettra à nouveau à gratter. Il a ainsi l’assurance que son territoire est marqué de sa présence et que sa nourriture est bien cachée.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *